A Loches, une relique exceptionnelle

/ Reportages / / Touraine /

L’ église Saint-Ours de Loches (ancienne collégiale Notre-Dame) possède une relique particulièrement précieuse puisqu’il s’agit d’une « ceinture de la Vierge ».
Selon la tradition, elle aurait été conservée pendant plusieurs siècles à Constantinople avant d’être offerte à l’empereur Charles-le-Chauve. Elle fut ensuite donnée par le roi Lothaire au comte d’Anjou Geoffroy Grisegonnelle, seigneur de Loches et fondateur de la collégiale.
Pendant un millénaire, cette relique ô combien sacrée fut l’objet d’une grande vénération de la part des chrétiens de la région qui se pressaient dans l’église lorsque, deux fois par an, elle était montrée au public : le 15 août, jour de l’Assomption, et le 8 septembre, fête de la Nativité de la Vierge.
Le reste de l’année, seuls quelques rares privilégiés pouvaient se la faire présenter : les rois de France, les princes de sang, le baron de Preuilly et le Gouverneur du château de Loches.
Dans les cas exceptionnels (sécheresse, épidémie, humidité excessive…) la ceinture était promenée en procession dans les rues de la ville.

On prêtait aussi à cette relique le pouvoir d’aider les femmes enceintes au moment de l’accouchement. Lorsqu’une reine de France était sur le point de mettre au monde un enfant, les chanoines de la collégiale Notre-Dame s’empressaient de lui envoyer une « réplique » de cette ceinture, réplique qu’ils avaient mise en contact avec l’original. C’est ce qu’ils firent pour la dernière fois en 1778 à l’intention de la reine Marie-Antoinette… La tradition sera reprise après la Révolution par les prêtres qui succédèrent aux chanoines puisqu’en 1856 une telle « réplique » fut adressée à l’impératrice Eugénie à l’occasion de la naissance de son fils unique, le petit Eugène-Louis-Napoléon !

B.B