Alain Souchon, chanteur

/ Artistes / / Sologne /

Enfant rêveur né au Maroc, aîné de quatre enfants, le jeune Alain traîne sa flemme de poète à Paris jusqu’à quinze ans, mais le destin le frappe avec l’accident de voiture qui tue ses parents. Orphelin et désemparé, il sera élevé par sa grand-mère et plongé dans l’ambiance musicale de la radio qu’elle écoute continuellement.
Cette immersion dans la musique anglaise et américaine des tubes des sixties et des chanteurs français comme Brassens ou Brel, va influencer profondément Alain Souchon dans sa création musicale.

On retrouve chez lui cette nostalgie de son enfance et la marque indélébile de la disparition de ses parents. Élevé par des femmes, il gardera une sensibilité à fleur de peau et ce côté tendre d’éternel jeune homme que le public adore.
Mauvais élève, il est renvoyé de son collège français et découvre sa vocation lors d’un séjour en Angleterre où il commence à composer entre deux petits boulots.
Et c’est encore une femme, Françoise qui va devenir son épouse, qui influe sur sa vie en l’encourageant à écrire et en redonnant à cet éternel pessimiste l’élan qui lui manquait. Le succès pointe le bout du nez en 1971 avec le premier contrat et la premier tube Un coin de solitude. Deux ans plus tard ce sera le prix de la critique pour L’Amour 1830, première reconnaissance de ce nouveau talent enfin révélé.

Souchon se sent des ailes, et s’associe à Laurent Voulzy, jeune compositeur débutant, pour la chanson suivante qui sera son premier vrai tube : J’ai dix ans, presque une chanson autobiographique qui lui va comme un gant.
Et c’est le début du succès et d’une collaboration avec Voulzy qui les entraînera à travers la France et le monde, des millions de disques vendus, une amitié sincère entre les deux grands enfants de la chanson, et des succès éternels comme Bidon ou Jamais content.

Avec sa femme et ses deux enfants, il s’installe un temps en Sologne en achetant le château de Chémery, mais le revendra, effrayé par les travaux et l’inconfort de ce monument médiéval.

Un grand poète de la chanson française, à la modestie et la tendresse légendaires.