La MG B

/ Voitures /

mgb

MGB et la “Nouvelle vague” par Jany Huguet

La MG B fut fabriquée de 1962 à 1980. Elle succédait à la MG A.
Chacun se souvient de la chanson de Richard Anthony, « Nouvelle vague », dont le thème tournait autour d’une « petite MG ». Ce disque participa à populariser la MG B.

Mais attention, il s’agissait d’une MG A, le modèle précédent, car le disque fut enregistré en 1959 et, ultime avatar, sur la pochette du disque la voiture en photo était une Austin Healey 3 000. Mais à l’époque du « Yéyé » on cultivait beaucoup les à-peu-près, notamment dans les chansons.

Il n’empêche que la MG B fut la voiture cabriolet la plus fabriquée au monde et elle était très populaire en France, mais aussi aux USA où la majorité des modèles furent exportés.
Un modèle coupé, appelé MG B GT, eut également un grand succès, car esthétiquement, très réussi.
D’autre part, elle disposait d’un système de coffre arrière spécifique sous forme d’une porte à ouverture latérale qui donnait accès à une plate forme de chargement pour le transport des valises. Ce fut d’ailleurs la première voiture à être dotée de ce qu’on appellera plus tard une troisième porte.

La MG B était équipée d’un moteur très robuste et alors qu’elle n’était pas initialement destinée à la compétition, elle fut engagée dans de nombreuses courses où elle brilla par sa réussite.
Deux exemples de victoires sont à retenir :
- 1ère aux Vingt-quatre Heures du Mans, dans sa catégorie en 1963 ;
- 1ère au Rallye de Monte Carlo en catégorie Grand Tourisme en 1964.
Dans l’inconscient populaire, la MG B accompagnait une jeunesse émancipée et avide de liberté.

Le samedi soir, on partait en ville avec sa MG B pour « draguer  les minettes » et, l’été on se retrouvait sur la croisette avec deux garçons à l’avant dont un au volant et deux filles assises sur le rebord de coffre, les pieds sur la petite banquette arrière, il n’y avait pas beaucoup de place pour s’asseoir derrière.
Le cabriolet MG B succédait à la MG A et terminait la tendance « road-ster », chère aux anglais.
En effet, le roadster était un cabriolet rustique, sans confort, avec une carrosserie découverte à 2 places, une capote simplifiée, pas de vitre coulissante, ni de garnitures de portes, avec un léger tapis de sol.

Une voiture pour donner des sensations fortes

Mais le client, en ces années de développement, s’il recherchait une voiture cabriolet voulait qu’elle soit aussi confortable et bien équipée, tout en gardant un petit air d’aventure. Ce fut la MG B.
Elle était plus grande et offrait une meilleure habitabilité, mieux suspendue avec une bonne tenue de route équipée d’un châssis autoporteur.

Durant les années de production, le groupe BMC tenta d’augmenter la motorisation, mais sans grand succès. Il produisit une MG B appelée MG C avec une motorisation 6 cylindres en ligne de 3 litres de cylindrée.
Il s’agissait du remplacement de l’Austin Healey 3 000 dont le groupe avait cessé la fabrication. Le moteur ne fut jamais réellement au point et la production ne dura que 2 années, de 1967 à 1969.
La MG C se distinguait de la MG B parce qu’elle avait un bosselage sur le capot avant pour permettre le logement du moteur et ses gros carburateurs SU.
Cette voiture est très recherchée par les collectionneurs aujourd’hui.

Ensuite, en 1973, le groupe décida de produire une nouvelle MG B, la MG B GT V8.
Comme son nom l’indique, il s’agissait d’une MG B équipée du moteur 8 cylindres en V de 3,5 litres de cylindrée de la Rover et avec une finition haut de gamme.
La MG B classique avec son moteur 4 cylindres était toujours fabriquée et c’est elle qui retiendra l’attention des clients grâce à sa réputation de robustesse, son coût d’entretien peu élevé et son allure « nouvelle vague ».

Elle a toujours eu une place dans le cœur des Français et est restée au top des ventes sur le marché des cabriolets anglais, jusqu’à l’arrêt de sa production en 1980
Plus de 500 000 exemplaires furent fabriqués en 18 années et, aujourd’hui, les propriétaires de MG B se retrouvent au MG Club de France qui, regroupent les amateurs, est très actif dans le milieu des collectionneurs.

Il n’est d’ailleurs pas rare de rencontrer une
MG B qui circule sans difficulté sur la route dans le trafic des voitures modernes.