La Renault 8

/ Voitures /

renault8

« R8 Gordini », la course accessible à tout passionné par Jany Huguet

C’est de la collaboration fructueuse entre Renault et Amédée Gordini qu’est née la R8 Gordini, la « Gord » comme disent les afficionados.
C’est la version sportive de la Renault 8 sortie des usines de la RNUR* en 1962.

Elle porte haut la couleur bleu de France et on la verra dans toutes les situations de course, que ce soit en rallye, en circuit ou en course de côte.
Amédée Gordini est un constructeur français de voitures de compétition qui prépara des voitures pour des courses aussi réputées que les Vingt-quatre Heures du Mans ou le Championnat du monde de Formule 1.
Il s’intéressa rapidement à la R8 et en spécialiste des moteurs comprit les possibilités que pouvait offrir cette nouvelle voiture.
Dès 1964 les premières R8 Gordini sortirent de ses ateliers.

Elles étaient équipées de moteurs d’une cylindrée de 1 100 cm3 de 95 chevaux, puis à partir de 1966 ce furent des moteurs de 1 300 cm3 de 110 chevaux avec une boîte à 5 vitesses.
Il faut se souvenir qu’il s’agissait d’une voiture de tourisme, celle de monsieur « Tout le Monde », et qu’avec une préparation d’Amédée Gordini elle devenait une véritable voiture de course.
Elle est devenue rapidement un phénomène à part dans le milieu de l’automobile.

Tous les jeunes passionnés étaient intéressés par cette voiture qui s’illustra immédiatement dans les plus grandes courses telles que :
– le Tour de Corse (3 fois vainqueur) ;
– le Rallye du Portugal ;
– le Rallye du Maroc ;
– le Championnat de France des circuits, etc.

La voiture était tellement mythique que Renault décida de créer la Coupe R8 Gordini en 1966 pour faire émerger les jeunes talents.
La coupe R8 Gordini était un championnat de France où les courses ne rassemblaient que des R8 Gordini. Toutes identiques, ce qui faisait la différence était le pilotage. Les concurrents s’alignaient au départ de chaque course avec les mêmes chances de gagner. Celui qui roulait le plus vite avec le plus de dextérité dans la conduite gagnait la course. C’était une empoignade entre les pilotes, roues dans roues, portières contre portières, et les frottements étaient fréquents durant la course. Celui qui faisait un tête à queue voyait ses chances d’arriver premier s’envoler inexorablement.
Des pilotes de F1 comme Jean-Pierre Jabouille ou de rallyes comme Jean-Claude Andruet ou Jean Ragnoti ont démarré leur carrière à la coupe Gordini.
La R8 Gordini était reconnaissable entre toutes avec sa peinture bleu de France et les deux bandes blanches sur le dessus, à partir du capot et tout le long de la voiture jusqu’à l’arrière.
Chacun de nous se souvient des longs dérapages que faisait la « Gord » en compétition. En effet son moteur placé à l’arrière et son centre de gravité déporté lui donnaient un comportement particulier à vive allure : elle « dérapait de l’arrière » dans les virages ; elle était « survireuse », pour reprendre le langage des pilotes.

C’était une formule de promotion pour tous les amateurs passionnés qui voulaient faire de la course automobile.
La vitesse de pointe des R8 Gordini pouvait atteindre 170 km/h, ce qui était une performance à l’époque pour une voiture de série.
La R8 Gordini deviendra rapidement la voiture des jeunes qui, même s’ils ne veulent pas faire de course automobile, s’achètent une « Gord » pour « frimer » sur la route ou en ville en faisant « ronfler » le moteur comme de vrais coureurs pour  « intéresser les filles ».

La R8 Gordini fut fabriquée par Renault jusqu’en 1970, soit 6 années de production.
Après ce fut la R12, mais là c’est l’histoire d’une affreuse qui ne réussit jamais à supplanter la R8 Gordini.

*RNUR : Régie Nationale des Usines Renault