La télévision

/ Berrichon / / Reportages /

Les transistors ont changé la vie des jeunes, mais quand la télévision est arrivée dans les foyers les plus évolués, elle est vite devenue un objet de convoitise pour beaucoup. Imaginez un écran en noir et blanc sur lequel défilaient des images animées de chanteurs comme s’ils étaient dans la pièce en face de vous. Les entendre chanter et les voir bouger en même temps, observer leur visage en gros plan, relevait du miracle. Et puis les films qui défilaient sous les yeux étonnés des petits et des grands, presque aussi bien qu’au cinéma ! En 1959, les présentatrices annonçant le programme, sont très populaires : Jacqueline Huet, Catherine Langeais, Jacqueline Joubert. Pierre Sabbagh crée le journal télévisé qui permet à chaque foyer de s’ouvrir sur l’extérieur : match de foot en direct, arrivée du tour de France, etc. On achète Télé magazine pour découvrir les programmes à l’avance. Il n’y a qu’une chaine et pas encore de publicité (seulement à partir de 1968). C’est une télévision qui distrait, cultive, informe, tient compagnie et devient vite un objet de convoitise pour ceux qui ne la possèdent pas encore

Alors ceux qui possédaient un téléviseur invitaient leurs voisins et amis à venir voir les plus belles émissions chez eux. On a alors vu se reformer des groupes comme lors des veillées d’antan, des gens qui demeuraient les yeux rivés sur l’écran, ne se lassant pas d’admirer les images , bavant de plaisir en découvrant les numéros de cirque de la « Piste aux étoiles » ou en suivant le célèbre feuilleton « Thierry la Fronde »

Bien vite les animateurs qu’on voyait régulièrement sont devenus célèbres, entrant au quotidien dans l’intimité des familles : Guy Lux, Jacqueline Caurat, Denise Fabre.
J’avais une douzaine d’années quand la télévision est entrée chez nous. J’étais autorisée le samedi soir à me rendre chez une vieille dame du village pour regarder les épisodes de « Belle et Sébastien ». Or un soir, le film terminé, je me suis attardée à regarder l’émission suivante et le temps a passé. Ne me voyant pas revenir, mes parents sont partis à ma recherche et ont fait irruption avec une pile électrique. Ma présence les a rassurés car ils m’avaient cru kidnappée sur le chemin du retour. Une semaine plus tard, ils achetaient une télévision.

Jeanine Berducat