L’Aligot

/ Auvergne / / Recette et Gastronomie /

Pour 4 à 6 personnes

500 g de pommes de terre
300 g de tomme fraîche de cantal
100 g de crème fraîche épaisse
100 g de beurre
Ail
Sel et Poivre

Lavez, épluchez et faites cuire les pommes de terre à l’eau froide salée. Emincez la tomme de cantal et mélangez avec de l’ail finement haché. Réduisez les pommes de terre en purée. Faites fondre le beurre et ajoutez la purée puis la crème épaisse jusqu’à l’obtention d’un mélange bien homogène. Assaisonnez et travaillez la purée à feu doux. Rajoutez le cantal pour obtenir une purée épaisse. L’aligot est prêt lorsqu’il file en soulevant la spatule.

D’après une légende, l’aligot serait né de la rencontre de trois évêques aux limites de leurs domaines de Rodez (Aveyron), Saint-Flour (Cantal) et Mende (Lozère). Ils auraient mis en commun le meilleur de leur région (fourme, pommes de terre, beurre et lait) pour confectionner ce plat qui aujourd’hui est un must de la cuisine auvergnate.

A l’origine, en tout cas, l’aligot n’était pas composé de pommes de terre mais de morceaux de pain rassis et ressemblait plutôt à une soupe. Les moines de l’Aubrac le servaient aux pèlerins sur la route de Saint-Jacques-de-Compostelle. Or, à la suite de mauvaises récoltes au XIXème siècle, les pommes de terre remplacèrent le pain pour le plus grand plaisir des gastronomes.

D’après la cuisine Auvergnate de Mamie, par Maud Bruneau
Editions Marivole,  2013, 14,90 €