Le Château Hanté

/ Bourgogne / / Contes et Légendes /

LEGENDE EN PATOIS MORVANDIAU

Ol yaivo en c’temps-lai, un sâtiau hanté que les mâtres aivint été obligés d’aibandounné ai cause das saibbats que, toutes las nues, le diabe orgainiso.

Lai cor et l’gueurné (grenier) étint piens (pleins), chaque nué (nuit), das ervenants que v’nint dans lai, cuisine, mezer (manger), çanter, danser en rond, autor d’eune grande taible. Totl’monde en aimioto d’peue; on raiconto qu’ai houme qu’aivo v’lu fére le mèlin en pairiant d’y couicer, aivô été davîtu (dévêtu), foutu diors de son lit et jeté é r’oubliettes. Gore queurieuse, le gros Linard, que paisso por été sorcier, âto p’téte le pu pouéru’; c’que n’empêcho pas l’monde de dire en dessos que bin das fouais on l’èvo vu rôder autor du sâtiau, tôt chu (seul), lai nué.

Ain biau zor, un beurzé (berger) de l’endret, qu’aivo déjai tué chix loups, aigaicé por las raicontars das fonnes (femmes), fié l’pairi d’couicé tou chu au sâtiau. Le mâtre du sâtiau qu’âto por lai, (par là) entende l’pairi et l’y preumi cinquante pistolles chi o v’no ai bout das ervenants qu’ai vint envahi sai maïon. Le beurzé aiccepté ai lai condition qu’on l’y douneussâ du bié nâr, du se et eune toule (tourie,sorte de vase à huile) d’huile por fére das grâpiaux (crêpes ou galettes).

Donc, chu l’coup d’huit heures, ol se rende au sâtiau et, aiprée l’ai’voir tenu, ol se couissé (couche) dedans lai pu grande chambre, où qu’o yaivo eune haute seumnée. ol s’endreumé (s’endormit) en ran d’temps.

Las ervenants le laichérent drenmi jusqu’ai maingnué. Au douzième coup d’sounnerie, l’beurzé fut révoillé por das pas que fiaint craquer l’plancher. Ol rèlleumé lai chandéle, fié du feu dans l’âtre, puis S’metté ai baitte son bié nàr aivec de yau (de l’eau) dans ain grand creuset en tarre.

Pendiment qu’o travaillo, ain renard que v’not on n’sait por où, vint s’aichite (s’asseoir) ai côté d’souai en l’y diant:
— Est-ce qu’y peut m’çauffer ain p’so ?
— Çauffe tai donc ain gros p’so (peux) chi t’veux, l’y râpouné l’beurzé sans fére semblant de l’voui.

Le renard se botté dans l’caignot (coin), d’lai seummée en l’ergardant fére.
— Qu’on qu’te fâs lai? qu’o l’y,dié au bout d’eune minute.
— Y fâs in grâpiau (crêpe) por moi, qu’y dit l’beurzé.
— Te m’en beillerée-t-y bin ain mouciau? l’y d’mandé le renard.
— Y t’dounneré bin lai poële ai loicer chi t’veux.

Et o continué ai bailte sai pâte.

Cinq minutes aiprée, ain deuixième reuard vint s’aichite ai côté du premé, puis ain troisième, un quatrième, un cinquième, un sivième. Tor ai tor ol fièrent les moimes questions que l’preumé au beurzé qu’râpouno auchitôt en baittant sai pâte.

Dans un coup, un septième renard, pu gros qu’las rautes, sorte de d’sos l’iit et vint s’botter pianté chu sas pattes de darré au milieu de l’ai chambré. Auchitôt, tous las rautes v’nérent se mette autor de souai et, s’peurnant lai queue dans lai gueule, ols fièrent lai ronde.

Le beurzé, sans fére ran voui, n’pardo pas las pentes (vilain, laid), bétes de vue. Ol mette tote l’huile de lai toule dans lai poële et, quand elle coummencé ai çanter, ai potiller (pétiller), ai aqueumer, ol aittrèpé sai poële et ol fouté l’huile bouillante chu las renards.

Le gros du milieu, surtout, en feut inondé.

Un cri çoume jenas (jamais) lai voilée d’iai Brouelle n’en aivai entendu, rasounné dans las récos. Las sept renards aivint dispairu au milieu d’un fouro (fourré).
— Bon voyage ! queurié l’beurzé. Puis, airpeurnant sai toule, ol fié son grapiau tant bin qu’mô.

Le maitin, le mate du sâtiau, qu’aivo entendu l’cri inhumain d’lai nué, airrivo ai pas d’loup aivec tous las voisins airmés d’gouillards, (grandes serpes), de dards, de sarpes, por voui c’qu’âto d’venu l’pore beurzé. Ols feurent ran âtounés de l’voir çhU lai porte, beuvant aine bouteille ai leur santé. Ol leu raiconté l’aiventure de lai nué et, aiprée aivoir teucé las pistoles preumises et l’pairi, ol se rende chez l’sorcier por se fére expliquer; l’pouvoir das renards. Ol’troué couicé, j’tant das cris ai fende l’âme… Tout son corps n’âto qu’eune breuleure et, c’qu’âto l’pu drôle, ol empoisounno l’huile de naivotte (navette) frite.

On en neu l’explication le lend’main en trouant sept piaux d’ernards, remplies d’huile dans ain das fossés du sâtiau.

Depiée c’temps-lai, pu jaimâs, au Châtelet, (hameau de la commune d’Arlèuf, Nièvre), on n’entende parler d’ervenants.

JEAN COULAS.