Le lac vidé, légende du Puy-de-Dôme

/ Auvergne / / Le saviez-vous ? /

Maintes fois j’ai trouvé plus d’un Nestor de village qui m’engageait à m’asseoir auprès de lui pour me conter comme ça que notre plaine ne formait autrefois qu’un grand lac, si profond que nos montagnes baignaient leurs sommets dans ses eaux ; que l’on voyait il n’y a pas longtemps encore, des anneaux scellés aux roches granitiques sur lesquelles s’élèvent d’un côté Cornillon, de l’autre Clavelier et Montravel, qui étaient destinés à amarrer les barques qui faisaient le service du lac ; comme ça encore que l’on avait fait sauter par le moyen de mines chargées à foudre les gigantesques rochers de la Tour-Goyon ; au moment où le lac fut débondé, il se produisit un torrent furieux : ses hautes et grandes eaux se précipitèrent à travers l’issue qu’on leur avait ouverte, avec un fracas tel qu’on l’entendit à trois lieues à la ronde ; tout fut entraîné ; sur leur passage, les flots creusèrent des espèces d’abîmes où ils s’engouffrèrent d’abord, puis ils remontèrent en tournoyant : les gouffres ou gours les plus profonds furent primitivement ceux de la Roche et de Sampi.

Abbé Grivel