Le lait de la chieuve

/ Berrichon / / Contes et Légendes /

Un jour Petat, i renter’ cheux lui pus tot qu’i n’ n’avions dit, et coume i marchiont dans la cour su rfumier et les pécès d’pailie, i faisiont point d’bruit. Vlà qu’i vouët sa femme, qu’est donc un joli brin d’femme anvec des yeux nouërs à la pardition d’ soun âme, qu’aile i tournint i’dous en baissant l’nez pour ergarder dans ses mains. Pour sûr qu’alle attendiont pas soun houme si tout qu’ça. Vlà qu’il avance tout doux et quo qu’i vouët par sus son épaule ? Cinq louis d’vingt francs dans l’creux d’sa main ! Petat qu’il est point riche et qu’non dit même qu’i n’a ben du mal à peuyer son farmage, i s’acrie : « – Quo qu’ c’est qu’ça ? » Et la Petat a s’acrie : « – J’vas t’di !… Jva t’di !…Tu m’as fait eun’ peur !… Que tu m’en f’ras tourner les sangs ! » Et pis a réfléchit un p’tit moment et al l’emmène dans la méson, a froume la porte et a s’met a i défiler eune histouëre qu’il en r’veniont pas. – « Figure-toué, qu’a dit, que i’coummencions d’tirer la chieuve Fanchette, celle qu’a l’diabe dans l’corps et qui saute par d’sus les bouchetures ; vlà qu’j’entends su la route eune chouse qui faisiont : toup ! toup ! toup ! toup ! Je m’dis vlà encore un sacré bon sang d’auto. Et j’er’garde dihors. C’en était ben eun qu’al entre dans la cour et qu’é s’arrête. I descend un grous monsieu, un forthoume. I m’dit : – Madame, auriez-vous l’obligeance de m’donner un seau d’eau pour mon moteur ? J’i fait réponse : – Y a ben moyen d’ça. Et coume j’avions mon tireux à la main, j ‘pense pas s’ment que n’y avait d’dans un peu d’lait d’la Fanchette, j’vas au puits, j’remplis l’tireux et j’y donne. C’est bon ! I n’enfile ça dans sa machine anvec eun entounouër, i tourne la manivelle et ça se r’met à ronfler. Et pis i m’dit marci, i m’doune vingt sous et i r’part. Mais l’pus drôle c’est qu’en tournant autour d’la cour, i renconte l’égoût du feumier et la saprée vouëture du diabe qu’atait pourtant ben grousse, a s’enleuve en l’air et plouf ! a saute par su l’jus d’feumier sans s’mouiller ! A continue, aile arrive au caniviau d’la route et ploui ! vlà qu’a saute encore ! Sus la route n’y aviont du crottin de chual, plouf ! a saute encore par dessus? Du coup, l’monsieu i s’arrête, i descend coume un furieux et vlà qu’i r’vint en courant tant qu’i peuviont aller. J’avions si tellement peur que j’en restions là coume deguersillée. Et l’monsieu i vint à moue qu’i n’en soufflait coume eune nuée d’grêle. Et i craillont : – « Qu’est-ce que c’est que c’t’eau-là? Qu’est-ce que vous avez mis là-dedans ? ». J’y répond – « C’est ren ! C’est p’têt’ ben que n’y avait un peu d’lait à Fanchette, ma chieuve ! » Là-dessus, vlà qu’i m’embrasse à la grande papée et i disiont tout le temps : Superbe ! Magnifique ! Merveilleux ! Vous m’avez fait trouver l’automobile de steeple ! Quelle découverte ! Ça mérite une récompense ! Et pis dame, i tire son portemounaie et i m’doune ça. Tu crés pas si j’savions où qu’j’en étions ! Alors j’y ai d’mandé : – « Qui donc qu’vou êtes, monsieu? » Et i s’a rengorgé et i n’a répond : « – J’suis l’comte de Dion, député ». Et i n’a r’monté dans son auto qu’a r’partu en sautant comme Fanchette. Et vlà ! ! »
– « Eh ben, c’en est-i eune affé, ça ? » qui dit son houme…
et pi al l’y répond : – « N’on sait point tout c’qu’ l’génie d’l’houme i peut éventer avé ces moteurs hein! »
Et vla mon Petat qu’il i dit – « Et celui des Bon Dieu d’fumelles non pus ! ! »

Inspiré de Paul Besnard