L’Echassier et les grandes boucles

/ Ain - Bresse - Bugey / / Portrait /

Né à Hauteville-Lompnes le 28 août 1940, Roger Pingeon fut d’abord plombier-zingueur, puis fleuriste. Il participait alors à des courses par étapes et des parcours de montagne. Gaston Plaud, directeur de l’équipe Peugeot, l’engage comme coureur professionnel en 1965. Il se classe 12ème au Tour de France, gagné par Felice Gimondi. Il est 8ème l’année suivante, le vainqueur étant Lucien Aimar. En 1967, Marcel Bidot, sélectionneur de l’Equipe de France, l’élève parmi les trois leaders avec Lucien Aimar et Raymond Poulidor. Au Tour de France de cette année là, il revêt le maillot jaune lors de la 5ème étape, Paris-Roubaix, sur 172 km, avec plus de sept minutes d’avance sur ses adversaires, après une longue échappée en solitaire. Durant cette course, il ne perdra son maillot jaune qu’une seule fois, lors de la 7ème étape, Metz-Strasbourg, de 205,5 km, remportée par Michael Wright. Il remporte donc le trophée du Vainqueur, celui du meilleur grimpeur est attribué à Julio Gimenez et celui du classement par points à Jan Jannsen. Cette 54ème édition est la première à débuter par un prologue, Angers-Paris, permettant de présenter les coureurs au public. Ce premier prologue est remporté par l’espagnol José Maria Errandonea.

En 1968, Roger Pingeon se classe 5ème au final, après avoir remporté la 15ème étape, Font-Romeu-Albi, 250,5 km, et la 18ème, Saint-Etienne-Grenoble, 235 km. En 1969, il remporte l’étape Thonon-les-Bains-Chamonix, 111 km, et termine second au classement général derrière Eddy Merckx qui remporte, cette année-là, le trophée du vainqueur, mais, aussi, celui du meilleur grimpeur, du classement par point et du combiné. Après plusieurs abandons pour des raisons diverses lors du Tour de France de 1970, puis de 1971, il quitte l’équipe Peugeot en 1972 et tente un nouveau Tour de France en 1974, au sein de l’équipe allemande Rokado mais sans résultat. Il rejoint l’équipe Jobo pour le Tour 1974 et se classe à la 11ème place. A côté du Tour de France, Roger Pingeon s’ illustre dans de nombreuses compétitions durant sa carrière : Grand Prix de France, Critérium du Dauphiné Libéré, Grand Prix des Nations, Grand Prix du Midi Libre, Critérium National, Paris-Luxembourg, Gênes-Nice, Paris-Tours, Championnat de France sur Route, Tour de Suisse, Tour de Romandie, Tour d’Espagne, Tour d’Italie et encore bien d’autres. En 1969, i remporte le Tour d’Espagne dont il devient leader à la fin de la 12ème étape. C’est l’espagnol Luis Ocania qui termine second.
Roger Pingeon est surnommé « L’Echassier » à cause de ses longues jambes, et aussi « La Guigne ».

E.M.