L’électroménager

/ Société /

Années soixante, années de tous les changements. Subitement le temps s’est accéléré, lez progrès s’est emballé et la fée électricité a envoyé sur le marché de nombreux objets pour faciliter la vie de la ménagère. La grande roue de la société de consommation avait fait son apparition.
Plus besoin de tourner la manivelle pour écraser le café ! Les nouveaux appareils électriques produisaient du café moulu en une minute. Le fer ne chauffera plus à longueur de journée sur le coin de la cuisinière, trop chaud ou pas assez ! Le nouveau fer électrique muni d’un thermostat permet d’obtenir la température désirée.
Autre grosse révolution : l’entrée du réfrigérateur dans les maisons. Il ne tardera pas à être appelé frigidaire du nom de la première marque. C’est magique ! Cet appareil garde les aliments au frais et fabrique même de la glace pour rafraichir les boissons. Plus besoin de tenir la bouteille de cidre au fond du puits pour la garder fraîche en été !
Quant à la machine à laver, c’est sans doute elle qui a créé le plus de vagues entre adeptes et détracteurs. Comment une simple machine munie d’un tambour métallique qui tourne et retourne le linge allait-elle abolir des siècles de labeur ? Il faut dire que la lessive était une véritable institution à la campagne. Entre la « bugeade » (lessive) qui bouillait dans la lessiveuse, le décrassage à coups de battoir au lavoir, le rinçage à l’eau claire, l’essorage à deux, il fallait bien deux jours complets. Alors il était impensable d’envisager une lessive prête en trois heures. Les plus tenaces déclaraient que ces maudites machines usaient le linge ou que les draps en sortaient jaunis. Les plus jeunes se réjouissaient d’échapper à la corvée de la lessive qui bleuissait les mains en hiver, provoquant crevasses et engelures.
Autre nouveauté : la gazinière qui a fait son apparition dans les maisons paysannes, cohabitant avec les cuisinières à bois. On disposait la bouteille de gaz sous l’évier et on trouvait cet appareil plus pratique pour faire chauffer le café le matin et l’été cela évitait d’allumer le feu pour faire la cuisine, même si on était unanime à trouver que le poulet rôti était bien plus moelleux dans le four à bois.
L’électricité avait également gagné le quotidien de la toilette. La naissance du rasoir électrique a ravi les hommes. Abandonné le coupe chou qui entaillait parfois la peau ! Oublié le blaireau et son savon à barbe qui transformaient les joues en clown blanc ! Ce nouveau rasoir glissait en douceur sur la peau, débarrassant le menton des poils superflus.
Pour les jeunes filles, le fer à friser électrique permettait de réaliser rapidement des boucles harmonieuses sans la corvée des bigoudis qui donnaient la migraine.

Jeanine Berducat