Les Oiseaux des jardins

/ Reportages / / Touraine /

hirondelle

En matière d’aide aux oiseaux des jardins, les Anglais donnent l’exemple. La Société royale pour la protection des oiseaux (RSPB) avec plus d’un million de membres, est l’équivalente de notre ligue pour la protection des oiseaux ( LPO) qui n’a que 33 000 adhérents.
Un jardin peut-être composé (en partie) en fonction des oiseaux qui l’habitent. Quelques arbustes comme l’aubépine, avec ses grappes de fruits rouges sera un garde-manger permanent pour nos hôtes, tout en les protégeant des prédateurs. Les arbustes à graines sont généralement les bienvenus. Obligez-vous de traiter vos potagers et vos fleurs avec des produits bios, non nocifs pour les oiseaux. Car ce sont eux qui vont éliminer pucerons et chenilles. Il ne faut pas l’oublier.
Quels oiseaux trouve-ton dans nos jardins? Mésanges bleues, nonnettes, noires, huppées, charbonnières, rouges-queues, moineaux friquets, rouges-queues à front blanc, fauvettes, pinsons des arbres, rouges-gorges, chardonnerets, verdiers, merles, pics, sittelles torchepot… sont les plus courants à fréquenter nos haies, nos arbres et parfois nos terrasses.
Les mangeoires
Faute d’arbres morts et de cavités naturelles, certains oiseaux des jardins s’éloignent de chez nous, par manque de nourriture et de logement.
Pour pallier ce constat, la première des choses à faire est de leurs installer un nourrissage hivernale. Le 15 avril est la bonne période pour commencer, et pour habituer nos petits lutins à utiliser ce « self service »
Il faut leurs aménager une mangeoire devant une fenêtre ou une véranda, car les regarder aller et venir est un spectacle plaisant et instructif. Pour ne pas prendre le risque que les oiseaux s’y assomment en s’envolant, n’hésitez pas à l’éloigner d’au moins 4/5 mètres des vitres.
Cette mangeoire doit être installée sur un piquet à environ 1,3O mètre du sol, posée sur un plateau de 35*35 cm, de préférence en plastique épais, car facile à nettoyer. Sur cette surface, vous pouvez poser un abri ouvert sur les côtés, ce qui laissera les graines au sec par temps de pluie ou de neige.
Les oiseaux aiment se poser quand ils ont pris une graine. Un petit arbre à 2/3 mètres à côté de la mangeoire sera très apprécié.

Quelle nourriture ?
Tous les oiseaux des jardins ( et les autres) ont une véritable passion pour les graines de tournesol. C’est ce qu’ils préfèrent de très loin à toute autre graminée. Une fois ce fait bien compris, il est intéressant d’acheter en automne à un cultivateur de votre connaissance, plusieurs sacs de 50 kgs de graines. De cette façon, la nourriture sera abondante tout l’hiver pour un coût très abordable. Cette quantité n’est vraiment pas exagérée, car les gourmands vont squatter votre mangeoire du matin au soir et, certains vont venir de loin pour se mettre à table. Vous constaterez que votre stock de graines de tournesol va rapidement fondre comme neige au soleil, et que vous devez refaire le plein, plusieurs fois par jour.
Les pinsons mangent de préférence par terre et doivent attendre que les voisins du dessus laissent tomber quelques graines pour manger. Une petite poignée éparpillée au sol chaque matin complètera les projections de la mangeoire.
Seul petit inconvénient, nos petits amis mangent dans un premier temps l’intérieur de la graine, ce qui fait un peu de déchet.
Les rouges-gorges ont un bec trop fin pour casser les graines de tournesol. Par contre ils mangent les brisures. Un peu de millet mélangé au tournesol sera le bienvenu.
Il est important de leur donner également de la margarine ou de l’huile de tournesol solidifiée utilisée pour les friteuses. Cet apport de graisse leur est indispensable par grand froid.
Au début du printemps, il faut impérativement arrêter le nourrissage à partir de fin mars, car certaines espèces seraient tentées d’élever leurs nichées avec une nourriture inadaptée. Des familles d’oiseaux comme la mésange par exemple, nourrissent leurs petits avec une nourriture carnée sous forme d’insectes, et seraient tentées d’aller au plus facile.

Boire
Boire peut devenir un soucis mortel quand il gèle fort pendant très longtemps. Le mieux est d’installer une coupelle d’eau clair, surtout sans ajout d’alcool ni de sel. Vous devrez changer régulièrement l’eau quand elle a gelé, aussi souvent que possible.
Boire en été par grosse chaleur continue pose également des problèmes aux oiseaux. Il est bon d’aménager un réservoir, à la fois abreuvoir et baignoire, monté sur un piquet pour plus de sécurité. Il faut changer l’eau quand elle est souillée.

Plaidoyer pour les arbres morts
Pour l’arbre, il y a une vie après la mort. Des milliers de larves d’insectes peuplent ses interstices, rampent sous l’écorce et investissent le cœur du bois pourrissant, pour le plus grand bonheur des mésanges, grimpereaux et pics. Ce lent travail de sape et les moisissures, creusent des cavités qui sont autant de niches propices à la reproduction des oiseaux cavernicoles. Faite que le jardinier laisse aux arbres en fin de vie un peu de répit.

Bien construire et installer ses nichoirs
Avec les habitations modernes construites en parpaings, les oiseaux les plus pénalisés sont les martinets. Ils ont besoin d’une anfractuosité pour nicher et se reproduire. Il est facile d’installer un caisson spécifique, placés sous l’auvent du toit. Boite en bois de dimension 40*25*15 cm, puis de rajouter une ouverture de 15*15cm dirigée vers le sol.
Pour les hirondelles de fenêtre, il y a un chiffre qui est préoccupant. Plus des trois quarts des populations françaises de cette espèce ont disparu en douze ans.
Quand à l’hirondelle rustique, les insecticides et la disparition des petites fermes d’élevage sont la cause de sa raréfaction.
Un effort sur la création de nid artificiel pour hirondelles serait vraiment à faire.
Pour les autres oiseaux des jardins, il est possible d’acheter à des prix très accessible dans certaines grandes surfaces, des nichoirs tout fait.
Mais attention, ces nichoirs doivent être adaptées aux espèces d’oiseaux qui fréquentent votre jardin. Les trous d’envol vont de 28 mm pour la famille des mésanges, de 33 mm pour la mésange charbonnière et de 35 mm pour la sittelle torchepot.
Vous aurez le choix entre le nichoir à balcon, le nichoir demi-boîte et, le plus utilisé, le nichoir boîte à lettre. Pour que les reproducteurs se sentent en sécurité, il est préférable de les installer éloignés de votre maison.
Ces nichoirs sont à installer hors de portée des chats et prédateurs, entre 3 et 6 mètres du sol, pendus par deux ou trois chaînettes, au-dessus du vide, jamais en appui sur une branche.
Vous pouvez les mettre en place, l’entrée orientée vers le sud, vers le 1er avril.
Eliminez les nichoirs en contreplaqué ou en « agglo ». Choisissez une peinture de couleur neutre uniquement sur l’extérieur, sans baguette perchoir car elle facilite l’accès aux prédateurs.

Nourrir économiquement
Nourrir des oiseaux peux coûter très cher, si on achète en petite quantité dans les grandes surfaces. Par contre, si vous prévoyez vos achats dés le mois de septembre, vous pouvez faire une belle économie. Téléphonez à différents cultivateurs de votre région pour d’abord, en trouver un qui a cultivé du tournesol et un autre du millet, puis vous leurs passez commande. Demandez-lui de vous préparer le tournesol dans des sacs de 50 kgs ou, encore mieux de 20 kgs, ce qu’il fera sans problème. Comptez pour une saison entre 100 et 150 kgs de graines de tournesol et 25 à 50 kg de millet que vous aurez à distribuer.
De cette façon, l’économie que vous allez réaliser sera d’environ, 15 à 20 fois moins cher.

Le chat
Le chat est un prédateur né. Si vous avez un chat, vous devez prendre toutes les précautions pour qu’il n’arrive pas d’accident. C’est souvent la nuit que le gentil minou se transforme en chasseur. Au printemps, il va chercher à croquer les jeunes dans les nichoirs, et en hiver se mettra en embuscade près de la mangeoire. A vous d’être prévoyant.