Les trois ours

/ Anjou / / Contes et Légendes /

Il y avait une fois un, deux, trois ours : un grand ours, un ours de grandeur moyenne, et un petit ours.
Les trois ours demeuraient dans une petite maison, dans une grande forêt.

Dans la maison, il y avait trois lits : un grand lit pour le grand ours, un lit de grandeur moyenne pour l’ours de grandeur moyenne, et un petit lit pour le petit ours.
Il y avait aussi trois chaises : une grande chaise pour le grand ours, une chaise de grandeur moyenne pour l’ours de grandeur moyenne, et une petite chaise pour le petit ours.
Il y avait aussi trois assiettes et trois cuillères : une grande assiette et une grande cuillère pour le grand ours, une assiette de grandeur moyenne et une cuillère de grandeur moyenne pour l’ours de grandeur moyenne, et une petite assiette et une petite cuillère pour le petit ours.

Un jour le grand ours dit de sa grande voix : « J’ai faim. »
– Oui, dit l’ours de grandeur moyenne de sa voix de grandeur moyenne, « j’ai faim. »
Et le petit ours dit de sa petite voix : « Oui, oui, j’ai faim. »

Les trois ours firent la soupe. Alors ils versèrent la soupe dans les trois assiettes. Ils versèrent une grande portion dans la grande assiette pour le grand ours. Ils versèrent une portion de grandeur moyenne dans l’assiette de grandeur moyenne pour l’ours de grandeur moyenne, et une petite portion dans la petite assiette pour le petit ours.
Alors le grand ours prit la grande cuillère, goûta la soupe et dit : « La soupe est trop chaude. » L’ours de grandeur moyenne prit la cuillère de grandeur moyenne, goûta la soupe et dit : « Oui, la soupe est trop chaude, » et le petit ours prit la petite cuillère, goûta la soupe et dit : « Oui, oui, la soupe est trop chaude. »
Alors le grand ours dit : « Allons nous promener dans la forêt. »
– Oui, dit l’ours de grandeur moyenne, allons nous promener dans la forêt. »
Et le petit ours dit: «Oui, oui, allons nous promener dans la forêt.»

Les trois ours partirent. Ils laissèrent la porte de la maison ouverte, et la soupe sur la table. Une petite fille passa. Elle vit la petite maison, elle vit la porte ouverte, et elle vit la soupe sur la table. Elle dit : « J’ai faim », et elle entra dans la maison.

Elle prit la grande cuillère, goûta la soupe dans la grande assiette, et dit : « Cette soupe est trop chaude. » Alors elle prit la cuillère de grandeur moyenne, goûta la soupe dans l’assiette de grandeur moyenne, et dit : « Cette soupe est trop froide. » Alors elle prit la petite cuillère, goûta la soupe dans la petite assiette, et dit : « Cette soupe est excellente. » La petite fille mangea toute la soupe.

Alors la petite fille di t: « Je suis fatiguée, où y a-t-il une chaise ? » Elle vit les trois chaises. Elle alla à la grande chaise, s’assit, et dit : « Cette chaise n’est pas confortable. » Elle alla à la chaise de grandeur moyenne, s’assit, et dit : « Cette chaise n’est pas confortable. » Alors elle alla à la petite chaise, s’assit, et dit : « Cette chaise est très confortable. » Alors la petite fille sauta de joie et la chaise se cassa !

La petite fille dit : « J’ai sommeil, où y a-t-il un lit ? » Elle vit les trois lits. Elle alla au grand lit, se coucha, et dit : « Ce lit n’est pas confortable. » Elle alla au lit de grandeur moyenne, se coucha, et dit : « Ce lit n’est pas confortable. » Alors elle alla au petit lit, se coucha, et dit : « Ce lit est très confortable » et la petite fille s’endormit.
Quelques minutes après les trois ours arrivèrent. Le grand ours regarda sa grande cuillère et sa grande assiette, et dit de sa grande voix :
« Quelqu’un est entré et a goûté ma soupe. » L’ours de grandeur moyenne regarda sa cuillère de grandeur moyenne et son assiette de grandeur moyenne, et dit de sa voix de grandeur moyenne : « Oui, quelqu’un est entré et a goûté ma soupe » et le petit ours regarda sa petite cuillère et sa petite assiette, et dit de sa petite voix : « Oui, oui, quelqu’un est entré et a mangé toute ma soupe. »

Le grand ours regarda sa grande chaise et dit de sa grande voix :
« Quelqu’un est entré et s’est assis sur ma chaise. » L’ours de grandeur moyenne regarda sa chaise de grandeur moyenne, et dit de sa voix de grandeur moyenne : « Oui, quelqu’un est entré et s’est assis sur ma chaise. » Et le petit ours regarda sa petite chaise, et dit de sa petite voix : « Oui, oui, quelqu’un est entré et a cassé ma petite chaise. »

Alors le grand ours regarda son grand lit et dit de sa grande voix :
« Quelqu’un est entré et s’est couché sur mon grand lit. » L’ours de grandeur moyenne regarda son lit de grandeur moyenne, et dit de sa voix de grandeur moyenne : « Oui, quelqu’un est entré et s’est couché sur mon lit de grandeur moyenne. » Et le petit ours regarda son petit lit, et dit de sa petite voix : « Oui, oui, une petite fille est couchée sur mon petit lit. »
Les trois ours s’approchèrent : « Oh ! dit le grand ours, cette petite fille est jolie.» L’ours de grandeur moyenne dit : « Oh, oui, cette petite fille est jolie » et le petit ours dit : « Oh ! oui, oui, cette petite fille est très jolie. »

A cet instant la petite fille se réveilla. Elle vit le grand ours, l’ours de grandeur moyenne, et le petit ours. Elle dit : « Oh! J’ai peur » et elle sauta du lit et partit vite, vite ! « Oh ! dit le grand ours de sa grande voix : la petite fille a peur. » « Oui, dit l’ours de grandeur moyenne, la petite fille a peur. » Et le petit ours dit : « Oui, oui, elle a peur. »
La petite fille ne visita plus jamais la maison des ours. H.A Gerber