Louis de La Saussaye, figure solognote

/ Portrait / / Sologne /

Le grand rénovateur du château de Troussay, Louis de La Saussaye, a marqué la Sologne blésoise d’une empreinte multiple. Né à Blois le 6 mars 1801, au sein d’une vieille famille orléanaise, il envisage d’embrasser la carrière militaire à laquelle le destinent ses parents. Très jeune, il se passionne en parallèle pour l’histoire et l’archéologie, participant l’année de ses vingt ans aux fouilles de Soings-en-Sologne qui mettront au jour une nécropole gallo-romaine. Il fera finalement de sa passion sa vie entière, tout en exerçant des fonctions politiques (il est conseiller général du Loir-et-Cher sous le Second Empire) et académiques. Il devient membre de différentes sociétés savantes, parmi lesquelles l’Académie des inscriptions et belles-lettres, l’Académie des sciences, belles-lettres et arts de Lyon, le Comité des travaux historiques et scientifiques. Louis de La Saussaye est également nommé recteur des académies de Poitiers puis de Lyon. Toutes ces fonctions lui vaudront d’être fait commandeur de la Légion d’honneur.

Une autre de ses passions est la collection de pièces anciennes. Ce numismate confirmé fonde, en 1835, la Revue de la numismatique française avec Étienne Cartier, qui élargira les connaissances relatives aux monnaies gauloises.

L’histoire locale devient son terrain de prédilection. On lui doit un grand nombre de publications, parmi lesquelles une Histoire de la ville de Blois (1846), Histoire du château de Blois (1840), Blois et ses environs, guide artistique et historique dans le Blésois et le nord de la Touraine (1862), Notice sur le domaine de Chambord (1834), La Vie et les ouvrages de Denis Papin (1869), un Mémoire sur la voie gallo-romaine d’Orléans à Bourges, un autre sur les antiquités de la Sologne blésoise, ou encore le Tableau général de la noblesse des bailliages de Blois et de Romorantin en 1789. Louis de La Saussaye meurt au château de Troussay le 24 février 1878, laissant derrière lui ses travaux et l’œuvre accomplie dans sa demeure.

D.A.