Païâ pe respondre

/ Auvergne / / Contes et Légendes /

Païâ  pe  respondre

Én    l-ï  aio  én  gros  païzan,  son  dreit  cuzi  érà  merchand  de    a  Parî.

Screuguê,  é  tri  semana  d’aprê    letrà  ribê.  Beilavà  quïnze  pistola  de  le  por  qu’érà  pe  vendre.  Demouraio    a  le  tuâ  é  le  spediâ   pe    routà.    davan  peitavà  énà responsà  é  de  pa  mancâ  de  « boutâ  en  tembre ».

Cou  érà  lau  proumeir  ten  de  le  tembre.  Le  païzan  se  dïguê  :

  Ca  cou  voù  dïre  « boutâ  en  tembre » ?  Quinà  coutïnaio  a  carculàd  queu cuzi ?  Nen  sàb  lonj  queu Parizien !

  Le  jou  de    feirà    ve    postà,  boutê  le  na  pe  le  fenestrou…

–  Cou  ei  vous    drolà  de  la  letra ?  Dïjaz,  le  cuzi  de  Parî  me  demandà  énà  responsà  é  me  dïz  de  boutâ  en  tembre … ca  cou  ei  co ?

  É  be  pardï,  ‘c’est pour payer le port’ !

  A    charunhà …    paiâ  le  por !  É  be  puod  peitâ  là responsà  énà  peissà, é  le  por  mai ! Me  doutavà  de  caucare,  diau      boursà  en    d’eirissou.  Eu  jou  d’aneù  le  monde  valon  pau,  le  melhu  vau  re !

Payer pour répondre (traduction)

Il y avait une fois un gros paysan dont le cousin germain était marchand de vin à Paris.

Il écrivit et, trois semaines après, la lettre arriva. Il proposait quinze pistoles  pour le porc qui était à vendre. Il n’y aurait qu’à le tuer et l’expédier par le roulage. Mais avant il attendait une réponse,  et « ne pas oublier de mettre un timbre. »

C’était aux premiers temps du timbre-poste. Le paysan se demanda :

  Qu’est ce que ça veut dire « mettre un timbre ». Quelle coquinerie a calculé ce cousin ? Il en sait long ce Parisien !

Le jour de la foire il alla à la poste, mit le nez au guichet…

  C’est vous la dame des lettres ? Dites, le cousin de Paris me demande une réponse et me dit de mettre un timbre… qu’est-ce que c’est ?

  Eh bien pardi, c’est pour payer le port !

  Ah la canaille…Pour payer le porc ! Eh bien il peut attendre la réponse un moment,  et le porc aussi ! Je me doutais bien de quelque chose, il doit avoir le  porte-monnaie en peau de hérisson.  De nos jours les gens sont des coquins,  même le meilleur ne vaut rien !

Groupe Artense – Monts Dore