Patrimoine architectural du Bugey

/ Ain - Bresse - Bugey / / Folklore /

Le patrimoine architectural d’une région est souvent le reflet de son environnement naturel et de son climat. Il en est ainsi pour la région du Bugey, notamment sur les pentes méridionales du Jura, qui se caractérisent par un sous sol riche en calcaire. En conséquence, les habitations traditionnelles sont érigées en pierres. Dans la plupart des cas, les pierres sont apparentes. Toutefois, certaines maisons sont enduites à la chaux mais les encadrements des portes et des fenêtres laissent apparaître les pierres.

La toiture comprend deux pans très inclinés, sans doute pour faciliter le glissement de la neige en hiver. Le bord des toits est souligné par une construction en escalier dont chaque marche est couverte de lauzes. On retrouve d’ailleurs une telle conception architecturale dans les maisons typiques du plateau du Vercors. Il ne s’agit pas d’un élément décoratif mais d’une fonction utilitaire qui remonte à l’époque où les maisons étaient couvertes de chaume. Certains prétendent que ces pignons facilitaient le travail des pompiers en cas d’incendie. D’autres, plus logiquement, estiment que cette particularité architecturale servait à atténuer les coups de vent, évitant ainsi que les bourrasques n’arrachent le revêtement en chaume. Dans les maisons situées plus en altitude, la toiture déborde pour protéger un espace que les anciens appelaient « le dreffia ». Il servait à entreposer le bois de chauffage ou à protéger quelques outils agricoles.

Les écuries se caractérisent également avec deux grands ventaux situés de part et d’autre de la porte de service. Ils disposaient de deux ouvertures, l’ouverture du haut servant uniquement pour l’aération.
D’autres formes de patrimoine architectural se retrouvent également dans le paysage. On peut ainsi observer des curieux alignements de pierres plantées dans le sol. Ils marquaient, jadis, les limites des propriétés. On retrouve une telle particularité dans la région de Crémieu, en Isère, situé sur la rive opposée du Rhône, face au Bugey. On remarque aussi, dans les vignobles du bas Bugey, des petites maisonnettes, construites en pierre avec une toiture en tuile. C’est l’équivalent des cabanons qu’on retrouve en terre dauphinoise à l’intérieur desquels les vignerons déposent leurs outils et qui abritaient parfois un pressoir.

J.D