Un jeu Original : la boule de fort

/ Folklore / / Touraine /

Le jeu pratiqué depuis des siècles dans l’ouest de la Touraine, autour de Bourgueil et de Château-la-Vallière, existait déjà au temps de Rabelais qui l’appelait « jeu de la boule plate ».
On ne sait qui inventa ce curieux jeu mais on peut penser qu’il s’agissait d’un être à l’esprit particulièrement pervers ! En effet, imaginez une boule d’environ 1,5 kg, en bois dur, cerclée de fer, dont la forme hésite entre la sphère et le disque, avec, pour la rendre plus capricieuse, un côté « faible » légèrement évidé, et un côté « fort » lesté d’une plaque de métal (d’où un centre de gravité totalement désaxé !).

Et, pour accroître encore la difficulté, la piste du jeu, abritée sous un vaste toit, n’est pas plane mais subtilement relevées sur les bords, comme le fond d’un navire !
Les concurrents, contrairement aux joueurs de pétanque, ne lancent pas la boule mais ils la font rouler délicatement vers le cochonnet qu’on appelle ici le « maître » ou le « queniau », une petite boule en buis, bien ronde celle-là.

La pratique de la boule de fort exige une grande concentration et on ne peut que rester admiratif devant la virtuosité des joueurs chevronnés. Ceux-ci font décrire à la boule une lente et mystérieuse trajectoire qui la mène d’un bord à l’autre de la piste avant qu’elle ne vienne finir sa course près de la cible !

Inutile de préciser qu’à cet exercice les débutants ont bien du mal à marquer le moindre point. Ils sont condamnés à aller « biser le cul de la vieille » (l’équivalent de la Fanny du Midi), une statuette en bois aux fesses généreuses, conservée précieusement dans un placard !

B.B