Voilà 100 ans : la « grande guerre » éclatait !

/ Reportages / / Touraine /

1er août 1914 ; c’était voilà exactement 100 ans : le ciel était si bleu en cette soirée de ce si bel été ! Pas le moindre nuage, aucun soupçon d’orage au-dessus des champs fraîchement moissonnés…Quand, brutalement, dans l’après-midi finissant, les cloches de toutes les églises de Touraine se mirent à sonner, lentement, pesamment, avec la tristesse d’un glas !
Dans les rues qui s’animaient régna soudain l’atmosphère des grands soirs. Cette fois, plus de doute, c’était la guerre ! Depuis le temps qu’on l’attendait ! Depuis le temps qu’on la redoutait ! Mais, c’était certain, on allait enfin pouvoir reprendre l’Alsace-Lorraine !
Pour leur rendez-vous avec l’Histoire, avec la mort, ils ne partirent pas tous dans l’enthousiasme les gars d’Amboise ou de Chinon, de Saint-Laurent-du-Lin ou de Saint-Hippolyte ; mais ils partirent quand même, dociles et résignés, en chantant parfois, en plaisantant souvent, pour cacher leur émotion et leur angoisse. Et en répétant sans cesse, pour mieux s’en convaincre, qu’ils reviendraient avant l’automne, pour boire le vin nouveau…
On connaît la suite…beaucoup ne revinrent jamais, beaucoup ne revirent jamais ces paysages de Touraine qui leur étaient familiers, ces bourgs où ils étaient nés, ces campagnes où ils avaient grandi, où ils avaient aimé, où ils étaient aimés…
Au total, à la fin de cette « Grande Guerre », entre 10000 et 12000 jeunes hommes de Touraine avaient disparu (laissant environ 5000 veuves et autant d’orphelins) dont 1800 pour la seule ville de Tours (sur 78149 habitants)….Leurs noms figurent sur les monuments aux morts qui, aujourd’hui encore, dans chaque commune du département, rappellent cette terrible hécatombe ; des listes impressionnantes, jusque dans les plus petits villages : 48 morts à Chambourg pour une population de 945 habitants soit un mort pour 20 habitants ; 38 morts à Dolus-le-Sec (également un mort pour 20 habitants)). ; 22 morts à Chédigny, etc.
1er août 1914 : le soleil se coucha sur la France, sur la Touraine et sur une époque qui, après les années de guerre, deviendra, dans le souvenir des survivants, la « Belle Époque » !
B.B